Le superordinateur Google du je de go: Alphago


Il y a quelques jours, les Sud-Coréens ont assisté à une scène des plus insolites, mais aussi des plus rocambolesques. Le 8 mars dernier, Lee Se-dol, le Sud-Coréen considéré comme le maitre invaincu du jeu du go a disputé sa première partiede go avecAlphago le superordinateur de Google. Ceux qui s’attendaient à la défaite écrasante de l’Alphago ont sûrement eu la surprise de leur vie. Ce qui est tout à fait normal sachant que pour la première fois, le maitre invaincu s’est incliné devant le superordinateur. Retour sur cette bataille opposant l’Alphago et Lee Se-dol.

La bataille entre Alphago et Lee Se-dol

alphago.jpg

Rappelons que l’objectif du tournoi de go sur cinq parties était de répondre à la question suivante : « Qui est le plus fort : l’homme ou la machine ? »
En octobre dernier, l’Alphago avait déjà réussi l’exploit de battre le champion d’Europe de go, Fan Hui avec un score de 5 à O en faveur du superordinateur. Cette année encore, la machine de Google a réussi à faire parler d’elle en battant avec un score de 1 à 0 Lee Se-dol, qui n’est ni plus ni moins que le champion du monde de go.
Cette première manche a duré près de trois heures et demie, au terme desquelles Lee Se-dol a jeté l’éponge en déclarant le partie ne pouvait être que remportée par le superordinateur. Le champion du monde a même avoué avoir été dérouté par la façon de jouer de l’Alphago. Une façon de jouer qui n’a rien d’humain.

La puissance des ordinateurs et les jeux comme les échecs

la-puissance-des-ordinateurs-et-les-jeux-comme-les-echecs.jpg

Si l’homme a un cerveau limité en capacité de stockage d’informations et en vitesse d’exécution, les ordinateurs comme l’Alphago eux ne s’embarrassent pas de ce genre de défauts. Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que les jeux de réflexions comme l’échec ou le go, se basent essentiellement sur des modèles et des formules mathématiques. Et quand on sait que les ordinateurs disposent d’une grande capacité d’apprentissage, d’une plus grande puissance de calcul, d’une base de données plus large, le tout conjugué à une vitesse de réaction très élevée… on comprend vite pourquoi ils sont aussi performants, voire imbattables, à ce genre de jeu.